[EN] Lives and works on Earth.

Marianne Vieulès' work explores the way in which humans cohabits with collections of information, reality and fiction, using narrative as a material in its own right.

She manipulates several levels of truths in all her work, including

a somewhat mysterious truth, which she achieves through imagination and fabrication.

Marianne is developing an active and restless practice that breaks down into different departments and different mediums such as video, installation, writing, gaming, electronics and programming.

 

Marianne rehabilitates the women of computer history, goes into space, rebuilds internets, talks to ghosts, builds games without players and plays baseball for unidentified flying objects.

 

Following studies at Concordia University in Montreal where she studied programming, electronics and aerospace engineering, Marianne Vieulès graduated from the ÉESI in Poitiers with honours in 2019. Her work has been presented in various institutions such as Salon de Montrouge (FR), Ars Electronica (AU), MoMa PS1 (US), UQAM (CA), Art Nou (ES) and Special Special (US).

Her first poems were published in endless editions in New York (US).

She is currently composing an essay to situate the birth of computer science in the history of literature, a discussion between two artificial intelligences, each nourished by the texts of Ada Lovelace, the first programmer in history, and Lord Byron, her father, the English romantic poet. The AI sketch out a discussion that never took place in their lifetime.

[FR] Vit et travaille sur terre.

Le travail de Marianne Vieulès explore la façon dont l’homme cohabite avec des collections d’informations, le réel et la fiction et utilise la narration comme matériau à part entière.
Elle manipule plusieurs niveaux de vérités dans tous ses travaux et notamment une vérité un peu mystérieuse, qu’elle atteind à travers l’imagination et la fabrication.

Avec beaucoup d’humour,  marianne développe une pratique agitée qui se découpe en différents départements et différents mediums tels que la performance, la vidéo, l’installation, l’écriture, le jeu, l’électronique et la programmation.

Marianne réhabilite les femmes de l’histoire de l’informatique, va seule dans l’espace, reconstruit des internets, parle aux fantômes, construit des jeux sans joueurs et joue au baseball pour les ovnis.

Suite à un passage à l’Université Concordia de Montréal où elle étudie la programmation, l’électronique et l’ingienérie aérospatiale, marianne vieulès est diplômée de l’École européenne supérieure de l’image de Poitiers avec les félicitations en 2019. Son travail a été présenté en France et à l’international dans de nombreuses institutions telles que le Salon de Montrouge (FR), Ars Electronica (AU), MoMa PS1 (US), UQAM (CA), Art Nou (ES), et Special Special (US).

Ses premiers poèmes ont été publiés aux Endless Éditions New York (US). Elle est en ce moment en train de composer un essai pour situer la naissance de l’Informatique dans la Littérature, une discussion entre deux intelligences artificielles chacune nourrie par les textes de Ada Lovelace, le•a premier•e programmeur•euse de l’histoire de l’informatique et Lord Byron, son père, le poète romantique anglais. les ia esquissent une discussion qui n’a jamais eu lieu de leurs vivants.