IMG_5962.JPG

Waw - on going project, started at Can Serrat, Spain

[EN] WAW is an ongoing game project.

A fiction made visible through a set of forms: performance, costumes, and objects.

It was when I met a group of villagers from El Bruc in Spain that I started writing WAW.
Every 11th of every month a group of about 30 people climb Montserrat at nightfall after long hours of walking. In the 1970s children would have seen unidentified flying objects at this very spot. Since the 11th of each month, villagers hoping to see these so-called unidentified flying objects gather and look up at the sky for several hours.
Faced with this situation I imagined different creative processes to make the expected lights appear: fireworks every 11th of the month and WAW.

The performance is a choreography with the aim of invoking unidentified flying objects.
The choreography is based on the rules of baseball: this sport is often linked to flying saucers or space activity in the cinema (MIB 1 and 2, Signs, Interstellar, War of the Worlds...).
So this is surely the best way to make them appear. Here, moving slightly away from baseball, the aim of the game is no longer to win or lose, it is to perform the movements correctly, supporting the supposedly opposing team: the choreography must be complete to hope to see unidentified flying objects.
The costumes are worn by both teams, 18 players in all. Both teams wear very similar blue clothing so that when they are in motion or when the light falls no one can tell the difference. As in the fiction that accompanies this performance,each costume is flocked with the name of an American actor who has gone into space in the time of one of the films in his filmography, for example Matt Damon in Seul sur Mars, Brad Pitt in Ad Astra.
The costumes do not have to be worn by Matt Damon, Sigourney Weaver, Georges Clooney or Brad Pitt but by everyone present and playing at that moment.

 

[FR] WAW est un projet de jeu en cours.

Une fiction rendue visible par un ensemble de formes : performance, costumes, et objets.

C’est à la rencontre d’un groupe de villageois d’El Bruc en Espagne que j’ai commencé à écrire WAW.
Tous les 11 de chaque mois un groupe d’environ 30 personnes gravit Montserrat à la nuit tombée après de longues heures de marche. Dans les années 70 des enfants auraient aperçus des objets volants non identifiés à cet endroit précis. Depuis chaque 11 du mois les villageois espérant apercevoir ces dits objets volants non identifiés se rassemblent et regardent le ciel pendant plusieurs heures.
Face à cette situation j’ai imaginé différents processus de création pour faire apparaître les lumières attendues : lancers de feux d’artifices tous les 11 du mois et WAW.

La performance est une chorégraphie dans le but d’invoquer les objets volants non identifiés.
La chorégraphie est basée sur les règles du baseball : ce sport est souvent relié aux soucoupes volantes ou à l’activité spatiale au cinéma (MIB 1 et 2, Signes, Interstellar, la guerre des mondes...).
Alors c’est sûrement le meilleur moyen de les faire apparaître. Ici, s’éloignant légèrement du baseball, le but du jeu n’est plus de gagner ou de perdre, c’est d’effectuer les mouvements correctement, soutenant la supposée équipe adverse : la chorégraphie doit être complète pour espérer voir des objets volants non identifiés.
Les costumes sont portés par les deux équipes, 18 joueurs en tout. Les deux équipes portent des vêtements de couleurs bleues très proches si bien que quand ils sont en mouvement ou que la lumière tombe plus personne ne voit la différence. Comme dans la fiction qui accompagne cette performance,chaque costume est floqué au nom d’un acteur.e américain.e qui est allé dans l’espace dans le temps d’un des films de sa filmographie, par exemple Matt Damon dans Seul sur Mars, Brad Pitt dans Ad Astra.
Les costumes n’ont pas à être portés par Matt Damon, Sigourney Weaver, Georges Clooney ou Brad Pitt mais par tout un chacun présent et joueur à ce moment-là.